La Révélation sur le Hijab

From WikiIslam, the online resource on Islam
Jump to: navigation, search

Cet article révèle la raison pour laquelle il est demandé aux femmes de porter le hijab, ainsi que l'origine du verset Al-Hijab.

Hijab-protest.jpg

Introduction[edit]

Si vous demandez à un musulman pourquoi les musulmanes portent le hijab (voile islamique) la raison qui vous sera donnée sera généralement l'une des deux (ou un mélange des deux):

  • Elles obéissent à un commandement d'Allah tel que donné dans le Coran; c'est une question de piété.
  • Elles préservent leur modestie (pudeur) en s'habillant de cette manière au lieu de dévoiler leur corps aux yeux de tous.

Le point central de ce problème est de savoir de quelle façon ce précepte a d'abord fait partie du Coran. Nous pouvons trouver cette information dans les ahadith en examinant les circonstances de la révélation de ces versets.

Ayats du Coran concernant le hijab[edit]

Hamidullah: Et dis aux croyantes qu'elles baissent leurs regards, et qu'elles gardent leur chasteté, et qu'elles ne montrent de leur parures que ce qui en paraît, et qu'elles rabattent leur voile sur sur leur poitrine; et qu'elles ne montrent leurs parures qu'à leur mari, ou à leur père, ou au père de leur mari, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou à leurs compagnes, ou aux esclaves que leurs mains possèdent, ou aux domestiques mâles qui n'ont pas le désir, ou aux garçons qui n'ont pas encore puissance sur les parties cachées des femmes. Et qu'elles ne fassent pas sonner leurs pieds de façon que l'on sache de leurs parures ce qu'elles cachent. Et repentez-vous tous devant Dieu, ô croyants. Peut-être seriez-vous gagnants?

Claude Savary: Ordonne aux femmes de baisser les yeux, de conserver leur pureté, et de ne montrer de leur corps que ce qui doit paraître. Qu’elles aient le sein couvert. Qu’elles ne laissent voir leur visage qu’à leurs maris, leurs pères, leurs grands-pères, leurs enfans (sic), aux enfans de leurs maris, à leurs frères, leurs neveux, leurs femmes, leurs esclaves, leurs serviteurs (excepté ceux qui ne leur sont pas d’une absolue nécessité), et aux enfans qui ne savent pas ce qu’on doit couvrir. Qu’elles n’agitent point les pieds de manière à laisser apercevoir des charmes qui doivent être voilés. Ô fidèles ! Tournez vos cœurs vers le Seigneur, afin que vous soyez heureux.

Hisnulmuslim: Invite également les croyantes à baisser pudiquement une partie de leurs regards, à préserver leur vertu, à ne faire paraître de leurs charmes que ceux qui ne peuvent être cachés, à rabattre leurs voiles sur leurs poitrines, à ne montrer leurs atours qu’à leurs époux, leurs pères, leurs beaux-pères, leurs fils, leurs beaux-fils, leurs frères, leurs neveux, aux femmes musulmanes, leurs servantes, leurs esclaves, leurs serviteurs impuissants, ou aux garçons impubères. Dis-leur aussi de ne pas agiter les pieds pour faire deviner les autres atours de leur féminité. Ô croyants, revenez tous à Dieu, si vous voulez assurer votre salut !
يا أيها النبِي قل لأزوَاجِك وبناتك ونسَاء المؤمنين يدنين عليهن من جلابيبهن ذلك أدنى أن يعرفن فلا يؤذين وكان الله غفورا رحيما

Translittération: Ya ayyuha an-nabiyyu qul li-azwajika wab[a]natika wa nissè-i almuminina yudnina ﻋalayhinna min jalabibihinna dhalika adn[a] an yuﻋrafna fala yudhayna wakan[a] Allahu ghafuran r[a]himan ([a]:a court).

Hamidullah: Ho le Prophète! dis à tes épouses, et à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et exemptes de peine. Et Dieu reste pardonneur, miséricordieux.

Claude Savary: Ô prophète ! prescris à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyans, d’abaisser un voile sur leur visage. Il sera la marque de leur vertu, et un frein contre les discours du public. Dieu est indulgent et miséricordieux.

Hisnulmuslim: Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener un pan de leurs voiles sur elles. C’est le meilleur moyen pour elles de se faire connaître et d’éviter ainsi d’être offensées. Dieu est Plein d’indulgence et de compassion.


Le premier verset cité (24:31) déclare que le but est de cacher la beauté des femmes du regard des hommes. Le second (33:59) dit clairement que le but est de prévenir le harcèlement (et les mauvaises paroles). Nous ne trouvons pas une telle exigence pour les hommes (dans le Coran). Pourquoi est-ce ainsi? Quelles en sont les explications possibles? Les voici:

  • La beauté des femmes est tellement attirante que les hommes ne seraient capables de se contrôler s'ils voyaient une femme non-couverte - Ceci ne peut être juste car les femmes n'ont pas à se couvrir devant les hommes avec lesquels elles ont un lien familial.
  • Les femmes ne sont pas attirées par les hommes - Même l'observateur distrait sait que cela est faux: la vaste majorité des femmes n'est pas asexuée ni homosexuelle.
  • Les femmes ont un meilleur contrôle d'elles-mêmes que les hommes –Ce pourrait bien être le cas, mais seulement si 'hommes' se réfère aux musulmans de sexe masculin.

La perception actuelle dans les sociétés musulmanes est qu'une femme non voilée demande à être harcelée sexuellement. Bien que ce ne soit pas une garantie (qu'aucun homme ne l'attaque), ils croient (les musulmans) que porter le voile est un moyen de se protéger contre la possibilité d'un assaut. Cependant, si nous cherchons dans les ahadith, nous trouvons qu'aucune des raisons énumérées plus haut n'est correcte comme nous le verrons dans les circonstances de la révélation de ces versets. Les versets sur le hijab furent descendus en réponse à une situation spécifique ayant eu lieu à l'époque.

Ahadith concernant le hijab[edit]

Collaboration d'Omar bin Al-Khattab[edit]

Narré par 'Aïcha: Les femmes du Prophète allaient souvent à Al-Manasi, un vaste endroit ouvert (près de Baqia à Médine) pour répondre à l'appel de la nature la nuit. 'Omar disaient souvent au Prophète: "[Fais] que tes femmes se couvrent" mais l'apôtre d'Allah ne faisait pas ainsi. Une nui Sauda bint Zam'a, femme du Prophète sortit au moment de 'Isha' – et c'était une grande femme. 'Omar lui dit ainsi: "Je t'ai reconnue, Ô Sauda." Ainsi parla-t-il, comme il désirait fortement que les versets d'Al-Hijab (le port du voile par les musulmanes) furent révélés. Et ainsi Allah révéla les versets d'"Al-Hijab" (Un corps tout entier couvert, sauf les yeux).
Narré par 'Aïcha: (l'épouse du Prophète) 'Omar bin Al-Khattab disait souvent à l'apôtre d'Allah: "[Fais] que tes femmes se couvrent" mais il ne faisait pas ainsi. Les femmes du Prophète allaient répondre à l'appel de la nature –seulement la nuit– à Al-Manasi. Une fois, Sauda, fille de Zam'a sortit– et c'était une grande femme. 'Omar bin Al-Khattab la vue pendant qu'il était à un rassemblement et dit: "Je t'ai reconnue, Ô Sauda!" Il ('Omar) parla ainsi comme il était anxieux que vînt quelque ordre divin concernant (le voile des femmes). C'est ainsi qu'Allah révéla le verset de la Couverture. (Al-Hijab; un corps tout entier, sauf les yeux). (Voir Hadith No. 148, Vol. 1)
'Aïcha a rapporté que les femmes du Messager d'Allah (paix soit sur lui) allaient, couvertes par la nuit, dans des champs -en plein air (dans la périphérie de Médine) pour se soulager. 'Omar bin Khattab disait souvent: Messager d'Allah, demande à tes dames de porter voile, mais le Messager d'Allah (paix soit sur lui) ne le fit pas. Ainsi sortit Sauda, fille de Zam'a, femme du Messager d'Allah (paix soit sur lui), durant une des nuits sombres. C'était une dame à haute stature. 'Omar l'appela, disant: Sauda, nous te reconnaissons. (Il fit ceci, espérant que des versets concernant le port du voile fussent révélés.) 'Aïcha dit: Allah, l'Exalté et le Glorieux, révéla ensuite les versets concernant le voile.
Ce hadith a été authentifié par Ibn Chihab avec la même chaîne de transmetteurs.

En bref, la suite d'événements tels que présentée par les ahadiths est la suivante:

  1. 'Omar dit plusieurs fois à Mahomet qu'Allah devrait révéler des versets concernant le port du voile.
  2. Rien de tel n'est révélé.
  3. 'Omar suit les femmes de Mahomet une nuit alors qu'elles vont se soulager et appelle Sauda, une des femmes du Prophète.
  4. Sauda rentre chez elle toute embarrassée et raconte à Mahomet ce qui s'est passé.
  5. Allah révèle ensuite le verset tel que 'Omar l'avait toujours voulu.

Bien sûr tout ceci amène quelques questions évidentes:

  • Si Mahomet n'est qu'un messager, répétant la parole d'Allah, alors pourquoi 'Omar s'enquit-il auprès de Mahomet pour la révélation? Pourquoi n'a-t-il pas simplement prié Allah, en lui demandant directement?
  • Aucune révélation (sur le voile) n'est "descendue" avant que 'Omar n'espionne les propres femmes de Mahomet. Pourquoi 'Omar fit-il ainsi? Comment savait-il (ou -au moins- soupçonnait-il) que cela fonctionnerait? Pourquoi Allah s'intéresse-t-il tellement à l'intimité de la toilette, au point qu'il ait révélé un verset concernant TOUTES les musulmanes qui vivront jamais?

Une tactique courante des apologistes est de dire qu'Allah attendait que 'Omar fasse ceci afin que la révélation puisse être descendue. De toutes manières ceci n'est mentionné nulle part, ainsi il n'y a aucune preuve de ce qu'ils avancent. Plus encore, 'Omar confirme qu'il est d'abord venu avec l'idée, et qu'Allah "a été d'accord avec lui".

Allah est d'accord avec 'Omar[edit]

Narré par Anas:

'Omar a dit: « J'ai été d'accord avec Allah sur trois choses » ou bien a dit: « Mon Seigneur a été d'accord avec moi sur trois choses. J'ai dit: "Ô Apôtre d'Allah! Voudrais-tu prendre la station d'Abraham comme lieu de prière." J'ai également dit: "Ô Apôtre d'Allah! De bonnes et de mauvaises personnes [viennent] te visiter! Donnerais-tu l'ordre aux Mères des croyants de se couvrir d'un voile?' Et les divins versets d'Al-Hijab furent révélés. J'appris que le Prophète avait blâmé quelques unes de ses femmes, j'entrais donc [vers] elle et leur dit: "Vous devriez arrêter (de troubler le Prophète) ou sinon Allah donnera à Son Apôtre des femmes meilleures que vous." Quand je suis allé vers une de ses femmes, elle me dit: "Ô 'Omar! l'Apôtre d'Allah n'a-t-il pas de conseil à donner à ses femmes, pour que tu essayes de les conseiller?" "Sur ce Allah révéla:–

"Il se peut que s'il divorce d'avec vous, son Seigneur vous remplace pour lui par des épouses meilleures que vous, Soumises à Dieu[...]" (66.5)
Narré par 'Omar: J'ai dit: "Ô Apôtre d'Allah! De bonnes et de mauvaises personnes viennent te visiter, je suggère donc que tu ordonnes aux Mères des croyants ("les femmes du Prophète") de respecter [le port d'un] voile." Allah révéla ensuite les versets d'Al-Hijab.
Ibn 'Omar rapporte que 'Omar a dit: Mon seigneur s'accorda avec (mon point de vue) en trois occasions. Au sujet de la station d'Abraham, au sujet du port du voile et au sujet des prisonniers de Badr.

Comment le Coran peut-il être le texte qui existe depuis avant la création du monde, si Allah prend pour son contenu des suggestions des contemporains de Mahomet? Il apparaît de toutes manières que 'Omar était un promeneur dans les toilettes en série: en effet, après la révélation de ces versets qu'il a tant désiré, il y retournait quand même.

'Omar espionne à nouveau[edit]

Narré par 'Aïcha: Sauda (une femme du Prophète) sortit pour répondre à l'appel de la nature après que l'obligation (pour toutes les musulmanes) de porter un voile fut fixée. C'était une grande et grasse dame, et quiconque la connaissait avant peut [pouvait] la reconnaître. 'Omar bin Al-Khattab la vit et dit: "Ô Sauda! Par Allah, tu ne peux te cacher à nous, pense donc à un moyen pour que tu ne fusse reconnue si tu sors." Sauda s'en retourna [chez elle?] alors que l'Apôtre d'Allah était chez moi entrain de prendre son dîner et un os couvert de chair était dans sa main. Elle entra et dit: "Ô Apôtre d'Allah! Je suis sortie répondre à l'appel de la nature et 'Omar m'a dit ceci et cela." Allah l'inspira ensuite (le Prophète) et quand l'état d'inspiration était fini et l'os toujours dans sa main qu'il n'avait pas posé, il dit (à Sauda), "Vous (les femmes) avez été autorisées à sortir pour vos besoins."
'Aïcha rapporta que Sauda (qu'Allah soit satisfait d'elle) sortit (dans les champs) pour répondre à l'appel de la nature après même que le port du voile eût été prescrit aux femmes. C'était une dame imposant, de grande taille parmi les femmes, et elle ne pouvait se cacher de qui la connaissait. 'Omar bin Khattab la vit et dit: Sauda, par Allah, tu ne peux te dissimuler à nous. C'est pourquoi tu devrais faire attention quand tu sors. Elle ('Aïcha) dit: Elle retourna. Le Messager d'Allah (paix soit sur lui) était chez moi à ce moment: il mangeait son repas et il y avait un os dans sa main. Elle (Sauda) s'inclina et dit: Messager d'Allah. Je suis sortie et 'Omar m'a dit ceci et cela. Elle ('Aïcha) rapporta: Lui vint la révélation et elle s'acheva; l'os était encore dans sa main, il ne l'avait pas jeté, et il dit:"La permission vous est garantie, que vous puissiez sortir pour [faire] vos besoins."

Apparemment, 'Omar n'était toujours pas satisfait après qu'il eut les versets du Hijab et il a avidement embêté Mahomet (à ce propos). Il voulait que les femmes ne puissent pas être reconnues.

Raisonnement sur le Hijab[edit]

Ce que disent souvent les musulmans et les apologistes c'est que le hijab protège les femmes d'une attention sexuelle non-désirée venue des hommes. Le célèbre apologiste Zakir Naik utilise cette ligne de raisonnement dans son ordonnance sur la défense du hijab. Avant d'évaluer cette déclaration nous devons étudier quelques autres ahadith:

'Aïcha rapporta qu'un eunuque allait voir les femmes de l'Apôtre d'Allah (paix soit sur lui) et elles ne faisaient rien que l'on puisse objecter durant ses visites, le considérant comme un homme sans aucun désir sexuel. L'Apôtre d'Allah (paix soit sur lui) vint un jour pendant qu'il (l'eunuque) était assis avec quelques-unes de ses femmes et il décrivait les caractéristiques physiques d'une demoiselle, disant: lorsqu'elle arrive [nous faisant] face quatre plis apparaissent de ce côté et lorsqu'elle se tourne (et que l'on voit son dos) huit plis apparaissent sur son dos. Là-dessus l'Apôtre d'Allah (paix soit sur lui) dit: il m'apparaît qu'il connaît ces choses; ne lui permettez pas, de ce fait, d'être en vos réceptions." Elle ('Aïcha) dit: elles commencèrent ensuite à porter le voile devant lui.
Narré par 'Aïcha, Om el-Mu'minin: Un mukhannath (eunuque) allait souvent voir les femmes du Prophète (paix soit sur lui). Eux (les gens) le comptaient parmi ceux qui sont libres des besoins physiques. Un jour le Prophète (paix soit sur lui) marcha vers nous alors qu'il était avec une de ses femmes, et il décrivait les qualités d'une femme, en disant: Quand elle vient en avant, elle vient en avant avec quatre (plis sur son estomac), et quand elle recule, elle recule avec huit (plis sur son estomac). Le Prophète (paix soit sur lui) dit: Ne sais-je pas que cet (homme) sait ce qui se trouve là-bas. Elles (les épouses) respectèrent le port du voile devant lui.

Sommaire[edit]

Étant donné que les versets étaient d'abord révélés après que 'Omar a verbalement harcelé les femmes de Mahomet alors qu'elles allaient aux toilettes, et que Mahomet a dit à ses femmes de porter le voile y compris en la présence d'un eunuque, nous faisons la conclusion que le voile a pour but d'empêcher les hommes d'évaluer les attributs physiques des femmes. Du fait que les eunuques n'ont pas de désir sexuel, l'affirmation qui dit que le port du voile est pratiqué pour éviter les attentats à la pudeur et pas seulement les commérages/harcèlement verbaux est incorrecte. Une autre chose intéressante à noter est que tous les versets et ahadith examinés jusqu'à maintenant concernent des musulmans harcelant des musulmanes. Ainsi Allah a révélé ces verset pour protéger les croyantes des croyants.

Dans les sociétés non-islamiques, les femmes sont libres de se promener dévoilées sans être harcelées/agressées à chaque pâté de maisons par des hommes, mais dans une société islamique cela ne serait pas le cas. Si elles ne sont pas arrêtées à cause de lois sur l'indécence, elles sont constamment harcelées ou agressées par des hommes musulmans - nous pouvons ainsi conclure que les situations hypothétiques telles que celles présentées par le Dr. Naik, en faveur du hijab, peuvent être techniquement valides; à nouveau, avec la condition qu'elles ne parlent que des sociétés islamiques.

Différents types de voiles[edit]

Il y a d'autres morceaux des ahadith qui parlent des 'versets d'al-Hijab' mais ceux-ci considèrent un différent type de hijab (voile) avec, bien sûr, une différente série de circonstances de révélation.

Narré par Anas bin Malik:

Quand l'Apôtre d'Allah épouse Zaïneb bint Jahch, il invita les gens à un repas. Ils mangèrent et restèrent assis, parlant. Puis le Prophète (leur montra) qu'il était prêt à se lever, mais ils ne se levèrent point. Quand il se rendit compte de cela (il n'y avait aucune réponse dans leurs mouvement), il se leva, et les autres aussi se levèrent sauf trois personnes qui restèrent assises. Le Prophète s'en retourna pour aller chez lui, mais il retourna. Ensuite ils partirent, ce sur quoi j'ai débarrassé et suis allé voir le Prophète pour lui dirent qu'ils étaient partis. Il entra donc chez lui. Je voulais entrer avec lui, mais il me sépara de lui par un écran [un voile]. Allah révéla ensuite:

'Ho, les croyants! n'entrez pas aux demeures du Prophète...' (33.53)
Narré par Anas bin Malik:

Moi, entre tous les gens, je connais le mieux ce verset d'Al-Hijab. Quand l'Apôtre d'Allah se maria avec Zaïneb bint Jahch elle était avec lui dans la maison et il prépara un repas et (y) invita les gens. Ils s'assirent (après avoir fini de manger) et commencèrent à discuter. Le Prophète se leva et revint plusieurs fois pendant qu'ils étaient encore entrain de discuter. Allah révéla ainsi le verset:

'Ho, les croyants! n'entrez pas aux demeures du Prophète, – à moins qu'invitation ne vous soit faite à un repas, et encore, pas dans le temps qu'on le cuisine. [...] Et quand vous demandez à ses femmes quelques objet, demandez-leur, alors, de derrière un rideau [...]' (33:53) Ainsi le rideau (voile) fut placé et les gens partirent.
Narré par Anas: A banquet de pain et de viande était tenu en l'occasion du mariage du Prophète à Zaïneb bint Jahch. J'étais envoyé pour inviter les gens (au banquet), et les gens commencèrent à venir (en groupes); Ils mangeraient puis partiraient. Un autre groupe viendrait, mangerait et partirait. J'ai invité les gens jusqu'à ce que je n'ai [plus] personne à inviter. J'ai dit ensuite: "Ô Prophète d'Allah! Je ne trouve personne à inviter." Il dit: "Débarrasse les restes de la nourriture." Un groupe de trois personnes restèrent dans la maison. Le Prophète les laissa et alla vers la demeure de 'Aïcha et dit: "La Paix et la miséricorde d'Allah soient sur vous, Ô gens de la maison!" Elle répliqua: "Que la Paix et la miséricorde d'Allah soient sur toi aussi. Comment as-tu trouvé ta femme? Qu'Allah te bénisse. Il alla ensuite dans toutes les demeures de toutes ses femmes et leur dit la même chose qu'à 'Aïcha et elles lui dirent la même chose que ce que lui avait dit 'Aïcha. Le Prophète s'en retourna et trouva un groupe de trois personnes encore dans la maison à discuter. Le Prophète était une personne très timide, il sortit donc (pour la deuxième fois) et retourna dans la demeure de 'Aïcha. Je ne me rappelle pas si je l'ai informé du fait que les gens étaient partis. Alors il s'en revint, et dès qu'il passa le portail, il plaça un rideau entre moi et lui, et le verset d'Al-Hijab fut révélé.
Narré par Anas: Quand l'Apôtre d'Allah épousa Zaïneb bint Jahch, il fit manger pain et viande au gens (en leur donnant un banquet Walima). Il sortit ensemble vers les demeures des mères des croyants (ses femmes), comme il avait l'habitude de faire le matin de son mariage. Il les saluait et invoquait du bien pour elles, et elles lui rendaient son salut et invoquaient du bien pour lui. Quand il retourna chez lui, il vit deux hommes entrain de parler; et quand il les vit, il sortit de chez lui à nouveau. Quand ces deux hommes virent l'Apôtre d'Allah sortant de chez lui ils se levèrent rapidement (et partirent). Je ne me rappelle pas si je l'ai informé de leur départ, ou s'il en était informé (par quelqu'un d'autre). Il retourna chez lui et quand il entra dans la maison, il baissa le rideau entre lui et moi. Ensuite le verset d'Al-Hijab fut révélé.
Narré par Anas bin Malik: J'avais dix ans quand l'Apôtre d'Allah arriva à Médine. Ma mère et mes tantes me demandaient régulièrement de servir le Prophète, et j'ai servi auprès de lui pendant dix ans. Quand le Prophète mourut j'avais vingt ans, et je connaissais sur l'ordre d'Al-Hijab (voile des dames) plus qu'aucune autre personne quand ce fut révélé. Il fut révélé la première fois quand l'Apôtre d'Allah consomma son mariage avec Zaïneb bint Jahch. Quand le jour commença à se lever, le Prophète était marié et il invita les gens à un banquet, ils vinrent, mangèrent, et partirent tous sauf quelques-uns qui restèrent auprès du Prophète assez longtemps. Le Prophète se leva et partit, et je partis avec lui afin que les gens puissent partir également. Je fis comme le Prophète, jusqu'à ce qu'il arrive au seuil de la demeure de 'Aïcha. Pensant qu'alors les gens étaient partis, il s'en retourna et je fis de même, jusqu'à ce qu'il entre vers le lieu où se trouvait Zaïneb et, voyez; ils étaient encore assis et n'étaient pas partis. Ainsi le Prophète s'en retourna et je partis avec lui. Quand nous atteignîmes le seuil de la demeure de 'Aïcha, il pensa qu'ils étaient partis, et il s'en retourna, et moi aussi je m'en suis retourné avec lui, et nous vîmes que ces gens étaient partis. Le Prophète plaça ensuite un rideau entre lui et moi et les versets d'Al-Hijab furent révélés.
Il est narré par Anas bin Malik: que c'était un garçon de dix ans quand le Prophète s'installa à Médine. Il ajouta: J'ai servi l'Apôtre d'Allah pendant dix ans (la dernière partie de sa vie) et je sais plus que les gens [de choses] sur l'occasion à laquelle l'ordonnance d'Al-Hijab fut révélée (au Prophète). Ubai bin Ka'b me posait des questions dessus. Il était révélé (pour la première fois) durant le mariage de l'Apôtre d'Allah avec Zaïneb bint Jahch. Le matin, le Prophète était son mari et il invita les gens, qui prirent leur repas et partirent, mais un groupe d'entre eux resta auprès de l'Apôtre d'Allah et ils prolongèrent leur séjour. L'Apôtre d'Allah se leva et sortit, et moi de même, jusqu'à ce que nous arrivâmes au seuil de la demeure de 'Aïcha. L'Apôtre d'Allah pensa que ces gens étaient alors partis, il retourna donc [à la maison de Zaïneb], et moi aussi je retournai avec lui jusqu'à la maison de Zaïneb et nous vîmes qu'ils étaient encore assis et qu'ils n'étaient pas partis. Le Prophète sortit à nouveau, et je fis ainsi auprès de lui jusqu'à ce qu'il atteigne le linteau de de la porte de la demeure de 'Aïcha, et il pensa que ces gens étaient alors partis, il s'en retourna alors, et je fis ainsi avec lui, et nous vîmes que ces gens étaient partis. C'est à ce moment que le verset divin d'Al-Hijab fut révélé, et le Prophète plaça un voile [un écran] entre lui (sa famille) et moi.

Nous voyons qu'en addition au hijab personnel un "hijab de maison" est aussi requis pour séparer les femmes de la maison des visiteurs; sous la forme d'un écran opaque. Nous voyons à nouveau que c'est une révélation liée à une situation. Mahomet était ennuyé par le fait que les gens restaient et parlaient avec ses femmes après avoir dîné chez lui, Allah en profita donc et révéla un verset requérant une séparation pour faire taire les conversations, signifiant par là même que les invités ne devraient pas rester aussi longtemps après le dîner. Les versets ci-dessus ne sont pas pertinents pour le type de hijab au centre de cet article, mais ils ont été présentés pour mettre en relief les circonstances toutes bêtes de beaucoup de ces révélations liées à des situations, et également pour montrer que 'hijab' mentionné dans le Coran et l'ahadith ne se réfère pas toujours à la même chose.

Conclusion[edit]

La raison pour laquelle les musulmanes portent le hijab aujourd'hui n'est pas la spiritualité, ce n'est pas non plus une affaire de piété. Se couvrir les cheveux ou le visage ne peut être considéré comme un acte de modestie du fait qu'il n'est pas demandé aux hommes musulmans de se couvrir ces parties. La seule raison pour laquelle elles le font est que 'Omar bin Al-Khattab, un compagnon de Mahomet, souhaitait que Mahomet révèle des versets d'Allah demandant aux femmes d'en porter. Alors que Mahomet ne l'obligea pas, 'Omar ne pria pas Allah pour son assistance. 'Omar savait qu'il devait en faire une affaire personnelle pour Mahomet lui-même afin d'apporter la révélation. Il suivit les femmes de Mahomet quand elles partirent aux toilettes et fit connaître sa présence. Quand Mahomet entendit cela, la révélation que 'Omar voulait fut descendue par Allah. 'Omar savait d'où venaient réellement ces révélations, c'est pourquoi il importuna Mahomet et harcela ses femmes au lieu de demander à Allah.

Bien que les circonstances de la révélation sur le hijab étaient ridicules, ses conséquences que nous pouvons voir jusqu'à aujourd'hui ne le sont pas. L'exigence du hijab a eu l'effet de mettre toute la responsabilité du contrôle des musulmans sur les femmes - libérant les hommes de la responsabilité de leurs actions s'ils voient une femme dévoilée. L'absence de contrôle de soi n'est pas un attribut inhérent aux hommes, car ceux-ci dans les sociétés non-islamiques n'ont pas de tels problèmes de contrôle de soi; alors qu'il est rare de voir une femme couverte dans ces sociétés. Le but du hijab, tel que révélé et jusqu'à aujourd'hui, est de protéger les musulmanes du comportement maintenant considéré comme acceptable des musulmans. Il a été considéré comme socialement acceptable précisément à cause de l'exigence faite aux musulmanes de porter le hijab.

This page is featured in the core article, Islam and Women which serves as a starting point for anyone wishing to learn more about this topic Core part.png

Voir aussi[edit]

En anglais

  • Hijab - A hub page that leads to other articles related to Hijab

Traductions

  • Une version de cette page est aussi disponible dans les langues suivantes : anglaise, turc

Liens externes (en anglais)[edit]